Equipement

Philosophie

L'équipement sans les connaissances adéquates est inutile ... l'inverse encore plus. Donc même si vous n'avez jamais utilisé de machette ou de filtre à eau, la première chose à faire sera de s'en procurer. Aprés, si on a le temps on peut faire mumuse avec (filtrer l'eau de sa baignoire), l'utiliser plus sérieusement (camping sauvage) ou juste stocker. Surtout si vous habitez en ville, attendez pas trop que l'occasion d'utiliser votre pierre à feux se présente pour commencer à vous en procurer.

Mon conseil numéro 1 est donc: n'ayez pas peur de commencer à vous équiper un minimum ! et le plus tôt sera le mieux. Le système glorifie et normalise des comportements aberrants: travailler comme un dingue pour avoir des options à la con sur une "voiture de sport", des vétements de piètre qualité vendue 100 fois leur valeur à cause de leur étiquette, des produits cosmétiques pour chien d'appartement etc .... il m'apparait beaucoup plus sain et intelligent de commencer par s'acheter un kit de premier secours ou même une machette par exemple, ca peut toujours être utile même en appartement, ça coûte pas cher et ca vaudra toujours quelque chose

Pas besoin de tout avoir tout de suite, ces choses s’accumulent petit à petit avec le temps (et E-bay :). 

Troc post apocalyptique ?

Avoir certains éléments en plusieurs exemplaires, c'est toujours mieux, et en cas "d'effondrement de la normalité"  ça peut rendre d'inapréciables services dans une optique de troc. 

Le plus simple est de se constituer une reserve d'éléments indispensables, petits, légers et pas cher. Les gens ont oublié à quel point un simple briquet est un outil merveilleux et un bon couteau un élément indispensable. De plus stocker ce genre de petites choses utiles au quotidien commencera par rendre de grands services à vous même.

Quelques exemples:  briquets, allumettes, aspirines, bougies, petits flacons de miel, petits flacons d'alcool, crayons, piles, savons, tabac, bicarbonate de soude, sel, alcool pharmaceutique, gants nitrile, couverts jetables, PQ, sacs poubelle, petit sachets de nescafé, sachets de thé...
Eventuellement des objets un peu plus lourds et chers: pierres à feu, multitool, couteaux etc ...

Le tout de bonne qualité, en cas de coup dur, les gens se rendront vite compte de l'importance de la fiabilité du matériel.

Garder tout ça bien caché, éventuellement en plusieurs endroits, ne pas troquer de chez soi (ou quoi que ce soit qui serve de chez vous), ni en grande quantité et être prêt à se défendre. Le dessin ci dessus reflète mal la realité, l'histoire apprend que les pillages hors cadre légal bien défini (ce qui aneantit la peur de représailles de la part de la société), quelque soit leur échelle, se passent généralement trés mal pour l'intégrité physique des pillés. 

Le troc, c'est pour un effondrement de la normalité "durable" (chaos économique, guerre, catastrophe de grande ampleur). Ce genre de situation est généralement prévisible donc inutile de stocker des caisses à l'avance. Le jour ou vous sentez vraiment que ça va pas tarder à craquer et que la télé vous répéte en boucle que tout va bien est peut être le jour ou il faut commencer à augmenter significativement les stocks.  

Stocker pour troquer .... c'est à l'appréciation de chacun de juger de l'utilité d'une telle démarche.

L'équipement personnel est par contre une necessité.

 

Méthode

Par quoi commencer ?

C'est souvent la première question qui vient à l'esprit aprés avoir décider d'augmenter son niveau d'autonomie. En partant de zéro les différentes listes d'équipements peuvent donner le tournis. Une bonne démarche pour un urbain sans gros moyen sera de commencer en fonction du niveau d'autonomie ou se classe chaque objet et de son prix. A titre d'exemple, le tableau ci dessous reprend 25 éléments indispensables pour un urbain classé selon cette méthode:

  Item Niveau d'autonomie   prix
1 Briquet 2   faible
2 Gourde 1L 2   faible
3 Bombe anti agression 2   faible
4 Couteau pliant 2   faible
5 Multitool 2   moyen
6 Lampe tactique 2   moyen
7 Daypack 2   moyen
8 Vélo 2   élevé
9 Vetements techniques 2   élevé
10 Poncho 3   faible
11 Bidon souple 3 L 3   faible
12 Boussole 3   faible
13 Couteau 3   faible
14 Lampe fontale 3   moyen
15 Kit Réchaud à gaz 3   moyen
16 Kit premier soin 3   moyen
17 Sac de couchage 3   élevé
18 Sac de rando 3   élevé
19 Pierre à feux 4   faible
20 Machette 4   faible
21 Marmite 2L 4   faible
22 Bidon 20 L 4   faible
23 Réserve de graine 4   faible
24 Filtre à eau 4   moyen
25 Panneau solaire 4   élevé

La quantité dont il faut disposer dépend du niveaux de paranoïa du survivaliste ;), au moins un de chaque, idéalement 2 (même pour une utilisation individuelle, à la rigueur un de bonne qualité et l'autre de qualité moyenne) et logiquement autant que possible pour le troc.
La qualité n'est pas une option, le jeux d'équipement beau et complet au milieu du salon dont certains postent fiérement la photo sur internet ne vaut absoluement rien si il n'est pas capable de tenir plus d'une journée en condition extrême. Mieux vaut économiser un peu pour avoir des éléments durables.

Comment ?

Le matériel de bonne qualité peut s'acheter d'occasion sur Ebay, pour les objets neufs, il y'a amazon.fr et les boutiques de sport, randonnées, voyages (Decathlon en Europe, REI aux US, MEC au Canada ...).  

Vous pouvez vous créez des "wish list", c'est assez pratique. En voilà une que j'ai créé sur amazon pour donner une idée concrète. Mettez y ce que vous voulez et faites y un tour les bons mois.

Truc: Si vous avez l'occasion d'aller visiter de la famille ou des amis aux USA, pays du survivalisme et du shopping, profitez en pour passer une commande massive sur amazon.com un mois avant et faites livrer à leur domicile. Prévenez les quand même du genre de chose que vous commandez. Si vos amis ouvrent accidentellement le paquet de votre magnifique Cold Steel Bushman en pensant qu'il s'addresse à eux, ils risquent de se poser énormément de questions. Evitez les arbalètes et les cartouches de gaz, n'abusez pas trop des couteaux et le tout devrait passer sans problèmes en bagage de soute (attention, sur les vols internes ils font payer pour ça).

Eléments

Ici, j’insisterai sur ce que je connais bien, pour le reste il existe des millers d'autres sites. J’utilise la plupart de manière courante en randonnée ou en voyage, pas besoin de fin du monde !! 

 


 

Sacs: Le survivaliste assumé entrepose l'essentiel dans un "Bug-Out Bag" (sac d'évacuation) et entrepose ses stocks dans des étagères au garage ou dans sa BAD. Personellement, je n'ai qu'une seule étagère et elle me sert déjà d'étagère de gen normal.... de plus j'utilise souvent ces objets (ca rend le stockage organisé trés pénible).

Ma solution est de tout stocker en bordel dans un trés gros sac en toile avec des roullettes. Dedans, j'ai mon petit et moyen matériel ainsi deux autres sacs (vides):
- un sac à dos de randonnée de bonne qualité (65L extensible) que j'utilise pour la randonnée
- un duffle bag en plastique épais et hyper resistant que j'utilise pour les voyages et le transport de matériel sur distance courtes (moins d'une demi journée de marche).

En cas d'urgence, le trés gros sac en toile est embarquable tel quel (et il reste de la place pour de la nourriture et des vetements). Sinon J'ai mes "check lists" pour m'y retrouver et en moins d'une demi heure une combinaison optimisée sac / équipement peut être préparée (course chez Lidl, voyage chez la famille, randonnée, évacuation d'urgence définitive etc ...).  

J'ai aussi un day-pack (+/- 30l) que j'ai toujours sur moi pour des raisons pratiques, et un "mini" day-pack pliant (SeatoSummit Ultra-Sil) . Plié il est gros comme le poing et tout léger, déplié il a une capacité de 20l. J'avais acheté ce dernier pour le camping sauvage uniquement (le gros sac à dos reste au camp de base et l'EDC rentre dans le pliant) mais à l'usage il se révèle extremement pratique dans la vie de tous les jours.

 


Couteaux : Un vrai couteau est le minimum. J’ai une baillonette Glock (M78),  c’est surtout pour l’étui synthétique rigide avec clip de ceinture et de lame, beaucoup mieux (pratique, solide, fin, discret) que les étuis nylon ou kydex je trouve. Il faut aussi savoir l’entretenir et avoir de quoi l’aiguiser (il existe de petits aiguiseurs assez pratiques). 

Un vrai gros couteau c’est lourd mais en pleine nature en dehors des sentiers battus ça sert à tout, tout le temps …  ce n’est pas une option. Les couteaux pliants sont inutiles comparés à un vrai couteau et on en trouve des modeles honnetes pour une quarantaine d'Euros. 

Dans un optique plus survivaliste et camping, une machette est également un accesoire indispensable. Pour un campeur ultra léger ou un urbain sans gros moyen qui priviligie la legerté, le minimaliste CS Bushman peut être une exellente option (il existe plein de video youtube sur sa modularité). Si la légerté n'est pas le problème principale, la machette népalaise Kukri peut être la synthèse parfaite couteau/machette/hache/épée.  

Evitez de l'utiliser pour la cuisine, prévoir un couteau à part (genre en plastique solide et léger).


Pierre à feux : En camping, c’est une façon amusante et originale d’allumer son feu et en cas de coup dur ca se périme jamais, ne prend aucune place et résiste à tout.  Le vrai prix c’est autour de 2 $ pour les modèle de base. 


Briquets:

  • Il faut toujours une petite reserve de briquets BIC basiques (BIC et pas une merdouille chinoise).
  • L'avantage des briquets Zippo est qu'ils sont facilement rechargeables et bricolables, en cas de pénurie c'est surement indispensable.
  • Le briquet tempête chalumeau peut être utile dans certains cas, mais pas pour allumer un feu. 
 
Gourde: Une petite gourde (+/- 1L) à garder à portée de main est trés utile, au minimum un litre type Nalgene à ouverture large (simple, indestructible, pas cher, se nettoie facilement, s'adapte a la plupart des filtres, peut contenir autre chose etc ...) mais pas suffisant. Prévoir une poche à eau ou un jerican pliant d'au minimum 3 litres.951100080000-2.jpg
 
Pour les plus gros récipients, les bidons souples ou textiles donnent de trés bon résultats à condition d'être de bonne qualité (Nalgene, Platypus, MSR). Pour le trés long terme, rien ne bat les Nalgenes rigides.
 
msr-dromedary-bag.jpgTruc 1: Si vous ne faites pas suffisement confiance à vos récipients pour les garder plein, compressés et à l'envers dans un sac à dos, alors economisez vos sous et utilisez une bouteille en plastique du commerce plutôt qu'une joli bidon pliable chinois. Si l'eau devient précieuse, que vous êtes chargé comme une mule et que vous devez vous déplacer rapidemment, vous comprendrez que la super résistance et l'étanchéité absolue ne sont pas des options.
 
Truc 2: Les gourdes à ouverture large ne sont malheureusement pas hyper pratiques pour ... boire. Il existe heureusement des petits adapteurs (sipper) qui résolvents le problèmes.  

Sac de couchage: type momie, avec une température de confort de -3° pour la polyvalence, sinon, en fonction du climat. Le match entre duvet et synthétique se joue sur la durée de séchage (avantage synthétique), poid (avantage duvet), prix (avantage synthétique) ...
Il existe également des hybrides sac de couchage/doudoune ... l'avantage principal est que ca laisse les bras libres pour dormir et permet d'agir trés rapidement mais c'est plus lourd et moins isolant.images.jpg

Truc 1 : Il existe de nombreux sous-sac en soie ou synthétique qui permettent de gagner de 5° a 10° (en théorie). Si il fait trop froid, ils permettent de descendre en dessous de la température de confort, si il fait trop chaud, ils servent de sac principal et le sac gros sac de couchage sert de matelas.
 
Truc 2 : Ne pas "plier" un sac de couchage, des plis reguliers aux memes endroits créront un pont thermique avec le temps. Il vaut mieux les rouler en boule et eventuellement utiliser un sac comprésible.
A ce propos, le sac comprésible, c est pour le transport, jamais pour le stockage (il vaut les laisser s'épanouir dans une trés grand sac en toile.)
 
Poncho imperméable: De bonne qualité, pas les modeles jetables bien sur. Si il n'y a pas d'oeillets, rajoutez en au moins un a chaque coin. Ca sert à tout tout le temps, ce n'est pas une option. 
 

Lampe Frontale à LED : Les LED consomme très peu d’énergie, ont une durée de vie supérieure (50000 heures), peuvent être très puissantes (PowerLED), sont très résistantes au choc (Norme IPnX), étanches (Norme IPXn), fonctionner en atmosphère explosives (norme ATEX), rechargeable par USB etc …

L’aspect « frontale » n’est pas optionnel non plus …  pour ne pas faire partie du nombre incroyable de gens qui se pourrissent leur temps (et leur dents) à jongler avec leur lampe de poche.

Bref, en cas de fin du monde ou de bête panne électrique, l’aspect lumière est gérée. Surprise, le champion du monde des fabriquants de Frontales est Français ! Petzel.


Panneau Solaire : J’ai un panneau solaire souple pliant de randonnée mais il me sert moins que prévu. Il faut dire qu’il est plus tout jeune et prend son temps pour charger. Le miens est bricolé pour charger par prise USB. Voir ce petit dossier sur le solaire de randonnée qui convient parfaitement au survivaliste urbain pas très riche.

J’ai aussi une petite batterie Li-on (dans ce genre, mais Brunton en fait des mieux) qui se recharge par USB. En cas de fin du monde, l’apport énergétique pour l’éclairage (LED)  et la connaissance (Smartphone, tablet) est sécurisé et je peux stocker un minimum d’électricité. En attendant mes collègues de bureau me demandent tout le temps ma petite batterie pour recharger leur téléphone.

Récemment, une socété s'est spécialisée la dedans, goalzero. 



Bateau : Evidement un voilier peut être converti en BAD mobile mais si on a pas la mer, pas l’argent ni la place, il reste la solution gonflable. Un bateau gonflable rajoute une dimension d’autonomie incroyable et peut se réparer avec des rustines de vélo (mieux vaut les rustines spéciales quand même) ou de l’adhésif en toile.

  • Bateau gonflable « de plage » : C’est pas très lourd, pas cher, ca flotte … super amusant  à la plage en attendant le déluge. J’en ai un de 4 places qui prend sans problemes 4 personnes et du matériel.
  • Canoë Gonflable : J’ai un Sevylor Colorado 2 places. C’est lourd (25 kg) mais ca tient bien dans le coffre d’une voiture. C’est super pour les road trip. Un gonflable ne remplacera jamais un vrai coque dure mais ca permet de bien s’amuser et de faire de petites expéditions. Il existe des modèles gonflables (ou pliant) plus sérieux mais beaucoup plus cher (comme le tchèque Gumotex). Attention: ne le transportez pas à deux (un qui porte devant, un autre dérrière) plus de 2 minutes !! les ondulations feront craquer les coutures !
  • Packraft : Un petit bateau super compactable en moins de deux kilos. C’est un peu cher, pas trouvable partout mais c'est fantastique pour un randonneur un peu hardcore ou pour le BOB d’un survivaliste moyen. la référence est Alpacka, trop cher pour moi, j'ai le Klymit LWD. Ce genre de bateaux est en plein développement.

Pour les rames ça dépend, personnellement J’ai une paire de rames convertibles : deux rames canoë ou une kayak (Sevylor en fait) et une double pagaie légère en 3 parties (ca tient dans un sac à dos). Les plus téméraires peuvent ajouter un petit cerf-volant de traction (20 kg de traction, ca se trouve chez décathlon), ca peut servir de voile improvisée. Il m'est arrivé d'utiliser mon poncho en spray deck / voile.

Bref, un gonflable, en cas de fin du monde ca permet de traverser un lac, pécher/chasser, dériver une rivière ou sur les cotes etc… et en attendant, ça permet de faire des randonnées fantastiques et c’est super marrant à la plage.

Truc : le transport est l'avantage des gonflables mais à pied ça reste problèmatique voir trés problèmatique. Il y'a cependant une méthode: déplier le bateau et replier le le plus possible en forme de cylindre allongé, passez ce cylindre autour de vos épaules et vous pourrez marcher sans problème 10 km, même avec un sac à dos en plus. 


 

Spork : Bon bah c’est tout con, tout léger et ça fait bien son office, par contre c’est moyennement solide (sauf la version en titane j’imagine).


Filtre à eau : En fait l’approvisionnement en eau dépend des terrains: en zone montagneuse on trouve toujours des sources donc pas besoin de trop s’embêter avec l’eau (ceci dit il faut rester vigilant et éviter les vallées d’élevage), en zone forestière, lacustre etc .. on trouve beaucoup d’eau mais la qualité est souvent douteuse pour nos délicats estomacs.

Personnellement, je fais la cuisine (bouillie !) et la vaisselle avec l’eau qui a l’air propre et j’utilise un filtre MSR Miniworks pour boire. Ca s’entretient facilement et a une capacité de 5000 litres. Attention, il vaut mieux avoir un récipient transparent adapté et fuir l’eau même un tout petit peu boueuse qui va boucher le filtre céramique rapidement, ca marchera, mais 1 litre à l’heure.
De toutes façons, sans pré-préfiltrage, il faut laver/frotter le filtre interne assez souvent (tout les 3 ou 4 litres). Aussi, il ne va pas filtrer les virus mais à moins d'être dans des zones sensibles d'Asie ou d'Afrique le risque est limité.

Attention, si l'eau est vraiment pourri ou si il y'a des oeufs de poissons ou de grenouilles, le pré-filtre aussi peut se boucher ! ne passez pas 3 heures à chercher l'origine du problème (symptome: il n'aspire plus rien).


Truc: Essayer d'utiliser un baquet pliant (+/- 10 L) qui permettra de transporter de l'eau en quantité. Ca permet de laisser les particules retomber avant le filtrage et aussi de s'installer dans un endroit confortable pour filtrer (rester accroupi en équilibre et à découvert sous un soleil de plomb pour filtrer une eau boueuse n'est pas un moment agréable). Ca servira aussi pour laver ses vétements, la vaisselle ou soi meme, garder une bonne reserve d'eau pres du feu etc .... un vrai plus. Il tient tout seul ou peut s'accrocher a une branche. 
Je roule le baquet autour de mon filtre pour le transport, ca sert de protection. 


Il existe des des filtres par gravité, qui m’ont l’air intéressants (la pompe devient vite très très chiante), les pastilles micropur (j’ai jamais été fan, mais j’en ai toujours quelques une) et stérilisateurs par  lampes UV solaires ou manuels (type steripen) mais que je ne connais pas très bien. 

  


 

JetBoil : La cuisson par gaz est plus pratique, plus rapide, plus propre, plus discrète que la cuisson par feu. Les jetboils sont des bouilloires à gaz compactes, optimisées, légères et qui peuvent cuire des pâtes ou du riz. Un litre d’eau peut bouillir en 3 minutes. Théoriquement deux fois plus efficaces et économes en gaz qu’un bruleur classique. Un adaptateur fourni permet de le transformer en brûleur classique. Pour le court terme c'est suffisant pour deux personnes. J’en ai un et en suis très satisfait. 

Une vraie mamite, pas une casserole, pour la cuisson sur le feu est indispensable pour la survie de long terme. Si il y à choisir entre le Jetboil et la marmite, c'est la marmite qui est du voyage. 

Truc: Quand vous achetez une gamelle, marmite ou bouilloir en métal, essayez d'en prendre avec une anse qui permettra de la  suspendre au dessus du feu.

 


Dutch Oven: L'arme absolue pour cuire sur le feu ... énormément de littérature sur le sujet. Toutefois, dans une perspective survivaliste/camping le 

dutch oven serait recommandable que dans le cas d'un campement fixe. Idéalement, il doit toujours rester sur le feu ou tout pres. C'est en effet le meilleur outil pour cuisiner sur le feu mais sa maintenance est un véritable cauchemare. Donc dans une BAD équipée d'une cheminée par exemple, un dutch oven sera un élément fondamental ... pour le reste ... c'est vous qui voyez.


En vrac : Il existe un tas de petits objets, peu onéreux, anodins, qui rendent des services de la plus grande utilité:

Serre cables: Connaitre les noeuds de base est essentiel, mais des serre cables (cable-tie) feront gagner énormement de temps et pourront efficacement réparer, construire, ligoter etc ... En prendre des "permanents" et des réutilisables. Toujours en avoir dans l'EDC.

Chambres à air: En plus des chambres à air neuves pour son vélos, quelques chambres à air "mortes": elastique pour fronde, assemblage, protection etc...

Bâtons de colle solides: utilisables même sans le pistolet à colle.

Pulvérisateur de jardin: peut permettre de se laver en mode économie d'eau

Pots de vaseline: entretient et protection de la petite mécanique, protection des lames de couteaux, creme hydratante, enlever les poux ...

Rasoir manuel

Sacs poubelles

 

Commentaires (4)

1. actias (site web) 23/09/2013

Effectivement, ils ont l'air géniaux ces kayaks. Mais comme tu dis c'est plus lourd et plus cher. Merci de m'avoir fait connaitre cette marque !

Amuse toi bien en autonomie avec ton kayak ! je suis un peu accro alors le week end je vogue plutot que de mettre à jour le blog.

2. Benjamin 20/09/2013

Salut!

Pour ma part je suis adepte de l'outdoor depuis pas mal de temps... et je ne nie pas avoir mon petit penchant pour le gout de l'autonomie totale.

Je me suis achete recemment un kayak pliant de la marque Wayland, c'est vraiment le top, c'est par contre plus cher, plus lourd et plus encombrant qu'un gonflable, mais on a l'avantage d'avoir un vrai bateau une fois monte, et je pense que ca vaut le coup d'en parler. Surtout que tout est tres facilement reparable, structure en bois, et une peau en hypalon.

3. Fercy 20/08/2012

Merci pour ce blog très interressant, j'ai trouvé plein de nouvelles infos!!!

4. Gero 01/06/2012

Ca y est, j ai commencé a m'equiper. Ca fait un peu bizarre de se commander un couteau mais je regrette pas, ca a du sens maintenant.

Merci pour le blog!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site